Smoothie de la mort qui tue


Depuis mon arrivée à Noosa et mon job de serveuse dans le café “Aromas” sur Hastings street, ces deux dernières semaines se sont enchaînées très rapidement.

En effet, je ne compte pas les heures et je tapine dur, plus encore qu’une péripatéticienne Russe au bois de Boulogne (Russe? mais pourquoi me direz-vous?!).

Les semaines écoulées, si elles devaient être résumées en quelques mots: surf, boulot, dodo, vélo, boire, manger.

Non, je vous l’accorde ce n’est pas très palpitant mais il faut ce qu’il faut, comme l’a dit un grand poète et rappeur black Américain (dont je ne me rappelle plus le nom).

“No money, no honey, no bitches.”

Sic. inconnu

Je fais de l’argent, je surfe et je rencontre des gens. C’est déjà un bon début, et cela me permet de prendre mes repères et faire ma petite vie routinière.

Il y a beaucoup de monde actuellement car le mois de janvier est l’équivalent du mois d’août en France. Rien de mieux, donc, que de bosser dur.

Tous les dimanche matins, pour marquer la fin de la semaine, je vais au marché de Noosaville, à quelques pâtés de maison de chez moi.

Stands de fruits et légumes bios, poissons, fromages, sac en osier, papiers en cire d’abeille, fruits de mer…etc. On y trouve de tout, et surtout, un secteur où il n’y a que des stands de nourriture. De la cuisine japonaise (maki), française (crêpes), anglo-australienne (pancakes), allemande (wurst), salée ou sucrée, au choix.

Mon petit plaisir, outre l’achat de fruits et légumes bios, consiste à manger et à boire (en bonne épicurienne que je suis).

Notamment le délicieux smoothie vegan, trouvaille de la semaine dernière (en photo ci-dessus) prénommé “yogi bear”. Banane, peanut butter, framboises, dates, maca, et protéine de chocolat blanc/peanut butter. Ajoutez à cela, une petite tranche de banana bread homemade, frais et fondant à souhait.

Bref, à chaque Dimanche, son lot de découvertes culinaires. Le smoothie reste un intemporel et un must-have de ces deux dernières semaines.

Voilà un petit article léger, en ce début janvier. Et pour terminer sur une petit touche humoristique; “non, le rêve d’une femme n’est pas de vouloir rencontrer le prince charmant, mais de manger sans grossir.”

Sur ce, cheers mates

Baby pancakes with maple syrup